Non-prolifération balistique : le code de conduite de La Haye a 10 ans

Le 26 novembre 2012 marque le dixième anniversaire du Code de conduite de La Haye contre la prolifération des missiles balistiques (HCOC).

Le HCOC, dont la France a activement soutenu la création, y compris en accueillant l’une des conférences de négociation, compte aujourd’hui 134 États parties. Il constitue le seul instrument multilatéral, à vocation universelle, de confiance et de transparence dans le domaine de la non-prolifération balistique. Il contribue ainsi au renforcement de la paix et de la sécurité internationale, dans un contexte marqué par la prolifération des armes de destruction massive et de leurs vecteurs.

Depuis 2002, aux côtés des présidences successives et durant sa propre présidence en 2010-2011, la France a contribué activement à consolider cet instrument. Elle s’est associée à la signature d’une déclaration conjointe des pays ayant assuré et assurant la présidence du HCOC, qui a été remise au Secrétaire général des Nations unies en octobre 2012 pour marquer le 10ème anniversaire du Code.

La prolifération des missiles balistiques doit demeurer une préoccupation collective, notamment au vu des progrès des programmes iranien, nord-coréen et syrien. La France continuera à sensibiliser la communauté internationale à cette menace et à encourager la transparence dans le domaine des missiles balistiques.

Elle encourage tous les États parties à maintenir leurs engagements pour sa mise en œuvre et le respect de ses principes, et à exercer toute leur vigilance quant aux coopérations et aux exportations des biens et technologies vers d’autres pays. Elle salue à cet égard les progrès effectués dans l’universalisation et la mise en œuvre du HCOC et invite tous les États non encore parties au Code à y adhérer.

Source : Porte-parole du ministère des Affaires étrangères (Paris, 26 novembre 2012).

Dernière modification : 27/11/2012

Haut de page