Haïti : A l’OEA, le groupe des amis se souvient du 12 janvier 2010

A l’initiative du Secrétaire général adjoint de l’OEA, M. Albert Ramdin, et en présence du représentant permanent d’Haïti, l’ambassadeur Duly Brutus, le Groupe des Amis d’Haïti de l’OEA s’est réuni hier, 6 février, pour un point d’étape trois ans après le tremblement de terre. Intervention de l’Observateur permanent de la France auprès de l’OEA, Pierre Henri Guignard :

« (…) Trois ans après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, toutes nos pensées vont vers les victimes, vers tous ceux qui souffrent encore aujourd’hui des conséquences de cette tragédie.

La France reste aux côtés des Haïtiens. Elle soutient le processus de reconstruction ainsi que le développement durable du pays. Au cours des trois dernières années, la France a consacré 326 millions d’euros en aide bilatérale et multilatérale pour la reconstruction. Les projets engagés avec les autorités haïtiennes avancent normalement. Leur réalisation prend du temps, mais nous sommes dans une collaboration à long terme. Ainsi, l’aide publique française a permis en particulier de lancer la reconstruction de l’hôpital de Port-au-Prince, de même que la création de douze centres universitaires et éducatifs.

En octobre dernier, le ministre du Développement, M. Pascal Canfin, s’est rendu sur place pour suivre l’évolution de notre engagement auprès des autorités haïtiennes et mesurer l’avancement des travaux en cours. Sa visite a permis de préciser notre feuille de route conjointe pour la période 2013-2015, qui s’articule autour de la reconstruction en cours, du soutien à la bonne gouvernance et du développement indispensable du secteur éducatif. Naturellement, notre aide est complémentaire de celle fournie par l’Union européenne et nos partenaires européens ainsi que par les bailleurs américains, qu’ils soient du nord ou du sud du Continent. Un effort qui illustre l’engagement de l’ensemble de la communauté internationale autour d’Haïti.

M. le Secrétaire général, comme vous venez de l’indiquer, la question des prochaines échéances électorales reste ouverte. Nous savons que le gouvernement haïtien et les différents secteurs travaillent pour mettre en place les conditions de la tenue de ces élections. Le peuple haïtien est en droit d’être dûment représenté et il s’agit là d’une condition essentielle du bon fonctionnement des institutions. Nous espérons que les élections se tiendront dès que possible et nous encourageons l’OEA à travailler dans ce sens avec les autorités haïtiennes. Le moment venu, nous nous associerons une nouvelle fois à son effort pour que les élections soient irréprochables et transparentes.

Un mot peut-être encore pour souligner que la France s’est engagée à participer au travail de longue haleine d’éradication du choléra. Elle se félicite des efforts de l’Organisation panaméricaine de la Santé à cet égard, il s’agit là en effet d’un défi pour la communauté internationale car il concerne l’ensemble des populations de la région. (…) »


Source : Mission permanente de la France auprès de l’OEA (Washington, 6 février 2013)
.

Dernière modification : 07/02/2013

Haut de page