Colombie : la France et l’Allemagne décernent le Prix des droits de l’Homme

Le 12 décembre, le prix franco-allemand des droits de l’Homme « Antonio Nariño » a été décerné à l’Alliance Départementale des femmes du Putumayo, « Tejedoras de vida » (Tisseuses de vie).

Les ambassades de France et d’Allemagne en Colombie viennent de décerner le deuxième prix franco-allemand des droits de l’Homme « Antonio Nariño », du nom du précurseur de l’indépendance colombienne, premier traducteur en langue espagnole de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789.

Une vingtaine de candidatures avaient été présentées au jury, composé des ambassadeurs des deux pays, du représentant du Haut commissariat des Nations unies pour les droits de l’Homme, du père Francisco de Roux, provincial des Jésuites et de Ana Teresa Bernal, membre de la Commission nationale de réparation et de réconciliation (CNRR).

Le prix a été décerné à l’Association Alliance des femmes du Putumayo, « Tejedoras de vida » (Tisseuses de vie), située au sud du pays, à la frontière avec l’Équateur. Le Putumayo est l’un des départements les plus affectés par le conflit armé et la violence. Au début des années 2000, plusieurs femmes ont décidé de s’unir pour faire valoir leurs droits et exprimer leur refus de la violence, qu’elle soit due au conflit ou au sein même de leur foyer. À partir de 2003, le mouvement s’est renforcé quand elles ont décidé de manifester pour protester contre l’assassinat d’une leader indigène. En 2005, de nouvelles manifestations ont été organisées et l’alliance a décidé d’unifier le mouvement, avec l’appui d’organisations nationales, comme l’ONG MINGA (lauréate du Prix des droits de l’Homme de la République française en 2002).

Par ce choix, le jury a souhaité donner une plus grande visibilité au drame des femmes victimes du conflit en Colombie.

Trois mentions d’honneur ont également été décernées par le jury :

- à l’Assemblée des droits de l’Homme de la Commune 6 Medellin.
- à la Corporacion Sembrar (Semer) : née en 1998, cette fondation se dédie à la défense et au respect des garanties fondamentales des populations rurales.
- aux centres éducatifs de la « Pastoral Social » du sud-est colombien : la « Pastoral social », Caritas Colombie, appuyée par l’Église, développe de nombreux projets pour la paix et en faveur des populations les plus démunies.

Source : Ministère des Affaires étrangères et européennes (Paris, 19 décembre 2011).

Dernière modification : 30/12/2011

Haut de page