Assassinat odieux du journaliste hondurien Fausto E. Hernández

Consterné, le porte-parole du Quai d’Orsay a qualifié « d’odieux » l’assassinat, le 11 mars, du journaliste Fausto Evelio Hernández. Il s’est inquiété de cette « succession de crimes contre les journalistes » au Honduras. Déclaration :

« Nous avons appris avec consternation l’assassinat de M. Fausto Evelio Hernandez, journaliste et présentateur de Radio Alegre, dans la municipalité de Sabá (département de Colón). Cet acte odieux, perpétré dimanche 11 mars, dans des conditions particulièrement barbares, est le dix-huitième meurtre de journaliste au Honduras depuis janvier 2010.

Toute la lumière doit être faite sur ces crimes dont les auteurs doivent être identifiés, arrêtés et présentés devant la justice.

Face à cette succession inquiétante de crimes contre des journalistes, nous attendons des autorités honduriennes qu’elles mettent tout en œuvre pour assurer la sécurité des journalistes et faire cesser la persécution criminelle dont ceux-ci sont l’objet.

Je veux également souligner, qu’au-delà de l’expression publique qui est évidemment une partie importante de notre travail, il y a cette action très concrète et c’est bien dans cet esprit que nous avions l’an dernier invité un groupe de journalistes du Honduras, ici, en France pendant une semaine. A l’occasion de cette visite, de cette découverte de notre pays, nous leur avions manifesté notre solidarité et notre proximité avec cette profession dont on relève avec une inquiétude croissante combien elle est persécutée. »

Source : Porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes (Paris, 13 mars 2012).

Dernière modification : 13/03/2012

Haut de page