14 juillet : « Au nom des valeurs que nous avons en partage »

A l’occasion de la Fête nationale, l’Ambassadeur, Observateur permanent de la France auprès de l’OEA et Mme Pierre Henri Guignard ont organisé un cocktail dans le Patio aztèque du Palais des Amériques. Intervention :

JPEG - 2.8 Mo

« Dix-huit mois après notre arrivée, je suis heureux, avec Marie-Carmen et avec toute l’équipe de la Mission permanente, de célébrer avec vous, pour la seconde fois, la Fête nationale. En premier lieu, à nos compatriotes qui se sont joints à nous, je tiens à dire le plaisir que nous avons de vous accueillir dans la Maison des Amériques où la France tend la main aux trente cinq Nations du Continent. Je tiens à vous saluer en toute fraternité et à vous remercier de nous accompagner – votre présence est importante pour notre Mission - mais je laisserai le soin à notre excellent Ambassadeur, mon ami François DELATTRE, de vous dire demain, tout le sens de ce 14 juillet. Je sais qu’il le fera avec beaucoup de talent.

Mesdames et messieurs, nous ne sommes pas ici par hasard. Le Ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes, Alain JUPPE, rappelait récemment les grandes priorités pour l’action internationale de la France. Au rang de celles-ci, il plaçait « le renforcement du multilatéralisme pour une gestion commune des grands enjeux économiques, environnementaux ou de développement, dans le cadre, notamment de la présidence française du G8 et du G20. » Cette priorité constante accordée au multilatéralisme trouve tout son sens au Conseil de sécurité des Nations unies. Elle se traduit, mon Général, par un engagement des Forces armées françaises, sous mandat de l’ONU, auprès de la population libyenne, par exemple, ou bien en Afghanistan. Le tribut est lourd d’ailleurs pour notre pays qui a perdu, ce matin encore, cinq de ses soldats tombés en Afghanistan et pour lesquels je vous demande une pensée. Cet engagement multilatéral se traduit aussi par une présence active, avec nos partenaires européens, dans les organisations régionales, et en particulier ici, à l’OEA.

I’m not going to repeat here my remarks in San Salvador a few weeks ago, Mr. Secretary General, when you invited us, with the other observers, to exchange with the Member States. However, on our National Day, how not to recall that in a one year period of time France’s contribution to this Organization has been multiplied six fold ? How not to remind that in the last months my country has pulled together with all of you and participated actively in the Electoral Observation Mission in Haiti, an effort that we shall build on by financing from now on the OAS’s Fund for Electoral observation ? How not to remember that a dialogue has been established between the French presidency of the G8 and yourself, Mr. Secretary general, and CICAD, culminating, as for now, with the transmission to Alain JUPPE, of the Declaration of San Salvador, which echoes the conclusions of the G8 Ministerial Summit on The Transatlantic Routes of Drugs, held in Paris last may ? Finally, how not to mention our political and financial support, doubled this year and for the five years to come, to the Interamerican System of Human Rights ?

Este último ponto me leva naturalmente ao que comemoramos juntos, esta noite, aqui. Penso, é claro, nos valores fundamentais da República Francesa. São estes valores, os que haviam conduzido a Independência dos Estados Unidos da América, que conduziram a Revolução Francesa. Eles inspiraram os libertadores da América Latina há 200 anos e conquistaram uma dimensão universal em 1948, em Paris, com a assinatura da Declaração Universal dos Direitos Humanos. Estes valores são o pilar do Sistema Interamericano ao qual todos nós somos tão apegados.

El Sistema Interamericano de Derechos Humanos es uno de los pilares de esta Organización. En el momento en que su Consejo permanente, 33 años después de la adopción del Protocolo de San José, emprende una necesaria reflexión con miras a actualizar y reforzar el Sistema, quiero reiterar el compromiso de mi país con la Comisión y con la Corte. Su valioso trabajo para la evolución del Derecho continental honra a sus países e ilustra su voluntad de defender a los más vulnerables, a aquellos sin voz, impotentes frente a los Estados independientemente del tamaño o de la potencia de los mismos. Es porque compartimos los mismos valores, porque tenemos en común los ideales que hicieron caer la Bastilla en 1789 y que siguen derribando las bastillas de nuestros tiempos, que Francia está firmemente a su lado. »

Source : Mission permanente de la France auprès de l’OEA. (Washington, 14 juillet 2011).

Dernière modification : 14/07/2011

Haut de page