CARIBBEAN COMMUNITY & COMON MARKET (CARICOM)

Fiche d’identité/ GIF

  • Date d’entrée en vigueur : 1er août 1973
  • Secrétaire Général : Irwin Larocque (Dominique)
  • Présidence tournante de six mois. Elle est assumée pour le premier semestre de 2014 par Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Organes permanents :

  • Secrétariat Général
  • Assemblée des Parlementaires de la Communauté Caribéenne
  • Divers Instituts et Agences

Langues officielles  : anglais ; français

Pays Membres (15) :

o Antigua-et-Barbuda
o Bahamas
o Barbade
o Belize
o Dominique
o Grenade
o Guyane
o Haïti
o Jamaïque
• Montserrat
o Sainte-Lucie
o Saint-Kitts-et-Nevis
o Saint-Vincent-et-les-Grenadines
o Suriname
o Trinité-et-Tobago

Membres associés :

• Anguilla
• Bermudes
• Iles Vierges Britanniques
• Iles Caïmans
• Iles Turques-et-Caïques

Pays observateurs :

o Argentine
o Australie
• Autriche
• Botswana
o Brésil
o Canada
o Chili
o Colombie
• Cuba
• Union européenne
• Finlande
• France
• Allemagne
• Inde
• Israël
• Italie
• Japon
o Mexique
• Portugal
• Singapour
• Slovénie
• Afrique du Sud
• Espagne
• Turquie
• Royaume Uni
o Etats-Unis
o Venezuela

Type d’organisation : marché commun

Qu’est-ce que la CARICOM ?/

La création de la Communauté Caribéenne résulte d’un long processus d’intégration dans les Caraïbes. Après la dissolution, en 1962, de la Fédérations des Indes Occidentales (British West Indies), les Iles de la région ont cherché à renforcer les liens et la coopération entre elles. L’idée d’une zone de libre-échange dans les Caraïbes a donné naissance en 1968 à la Caribbean Free Trade Association (CARIFTA). Mais la volonté d’approfondir les relations économiques et commerciales entre les membres a conduit les Gouvernements de la région à mettre en place un véritable marché commun, la CARICOM. 
L’objectif de la CARICOM est de construire des liens interétatiques forts et de faciliter les échanges commerciaux et économiques. La CARICOM est jumelée avec le Caribbean Single Market and Economy (CSME) pour former le marché unique des Caraïbes et à terme une économie caribéenne commune.

La Communauté entend améliorer le niveau de vie dans les Caraïbes en développant une zone économique forte. L’amélioration de la compétitivité internationale de la région et l’accroissement de la production de biens et de services figurent parmi les objectifs principaux de la CARICOM. 

La CARICOM repose sur plusieurs institutions spécialisées dans des domaines aussi variés que la santé publique, les catastrophes naturelles, l’agriculture, ou la météorologie.

L’ACCP (Assembly of the Caribbean Community Parliamentarians) doit permettre l’implication populaire dans la consolidation de la Communauté. Les citoyens caribéens sont appelés à participer, par le biais de représentants, aux choix des politiques mises en place par la CARICOM. La CCJ (Caribbean Court of Justice) est chargée de régler les différends nés au sein de la CARICOM en tant que tribunal régional de dernière instance.

La France en tant que pays observateur suit attentivement les activités de la CARICOM. De plus, des demandes d’adhésion en tant que membres associés ont été déposées en 2012, en leur nom propre et avec le soutien de la France, par la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane. Il s’agit d’intégrer plus fortement ces départements d’outre-mer dans leur région et de renforcer la coopération avec les Etats voisins. Le 26 février 2014, le Secrétaire Général de la CARICOM, Irwin Larocque, a invité le Président du Conseil régional de la Martinique, Serge Letchimy, à venir plaider l’adhésion de la Martinique devant la Communauté.

S’agissant de la francophonie, Haïti, qui représente près de la moitié des habitants de la CARICOM avec 10 millions de citoyens, a obtenu en février 2013 que le français devienne la seconde langue officielle après l’anglais. Cela participe également de l’influence de la France dans cette région et renforce les relations avec la Communauté caribéenne.

Le Secrétaire Général de la CARICOM est également Secrétaire Général du CARIFORUM qui est un groupement des Etats des Caraïbes qui sont signataires de la Convention de Lomé IV coordonnant l’attribution des ressources du Fonds Européen de Développement (FED). Le FED est un organe de l’Union européenne qui finance des projets régionaux dans un groupe de pays, le groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Tous les membres du CARIFORUM sont aussi membres de la CARICOM à l’exception de la République Dominicaine. La coopération financière entre l’Union européenne et le CARIFORUM porte sur l’intégration régionale économique et le développement, ainsi que sur le développement humain et le développement des capacités régionales. L’Accord de Cotonou signé en 2000 et entré en vigueur en 2008 approfondit les relations entre l’Union européenne et les pays ACP en établissant un partenariat complet portant sur la coopération au développement, la coopération économique et commerciale, et prévoyant une dimension politique.

Contact/

Caribbean Community – Secretariat,
Turkeyen,
Greater Georgetown – Guyana

Pour plus d’informations/

Dernière modification : 08/07/2014

Haut de page